Accueil > Actualités > Formation > Donner envie aux jeunes de rejoindre la filière industrielle

Formation 22 décembre 2015

Donner envie aux jeunes de rejoindre la filière industrielle



Enregistrer au format pdf

Comme nous l’avons vu dans le dossier du magazine, l’industrie souffre d’un problème d’image, un peu comme le bâtiment et d’autres filières peu valorisées par les pôles d’orientation.
Pour Majdi Khoudeir, directeur de l’IUT de Poitiers-Châtellerault-Niort, il faut avant tout donner envie aux jeunes et impliquer aussi les entreprises dans les établissements de formation.

« A l’IUT, nos formations sont professionnalisantes, de Bac +2 à Bac +3, dans chaque promotion, un groupe est ouvert à l’alternance, de plus parmi nos 15 formations en Bac +3, 12 sont ouvertes à l’alternance. Notre première mission, c’est la formation, puis la recherche.
Mais l’essentiel, c’est de donner envie aux jeunes. Nous-nous y employons en menant par exemple des actions avec les lycées. Les lycéens effectuent des visites d’entreprise avec nos étudiants. Ainsi, nous sommes allés récemment sur le plateau du Petit Journal de Canal+ et avons travaillé sur les métiers de la réalisation. Nous sommes allés également à l’Exposition Universelle de Milan.
De plus, des industriels interviennent dans les cours (20% du volume de cours pour les DUT et 30% au moins pour les licences pro). Les programmes sont construits avec eux et l’évaluation des étudiants est faite par un binôme industriel-universitaire.

Egalement, nous répondons aux demandes des industriels sur des prototypes, la maturation de projets. Le travail est réalisé par des étudiants avec un encadrement d’enseignants. Par exemple, le musée automobile de Châtellerault nous a fait une demande de réalisation de reproductions de modèles à une échelle réduite pour permettre à des personnes non voyantes de découvrir l’exposition grâce au toucher. Certes, nos délais de réalisation sont plus élevés que dans une entreprise, mais ce lien avec les entreprises est important et le coût est moindre pour elles. Ensuite, si elles souhaitent nous soutenir à travers la taxe d’apprentissage, c’est bien volontiers que nous acceptons car nous devons maintenir un bon niveau d’équipement technique et ces machines sont onéreuses ! »

Des stages à l’étranger dans l’industrie avec un binôme local

« Les stages à l’étranger favorisent le lien avec des correspondants de l’industrie localement. Nous menons des programmes particuliers avec la Chine, l’Inde : nous accueillons des d’étudiants étrangers en licence pro, ils effectuent 6 mois d’études en France, puis 4 mois de stage dans leur pays avec un étudiant Français dans la même entreprise. En parallèle, nous menons un enseignement de l’anglais adapté au milieu professionnel. Une partie des cours est réalisée en anglais pour que les étudiants se l’approprient de manière fluide, décomplexée. Le tout, là encore, c’est de leur donner l’impulsion pour qu’ils osent s’exprimer sans jugement.

Il est important aussi de nous positionner dans des approches nationales : les instituts de transition énergétique par exemple. Nous sommes aussi en lien avec le Vedecom (Institut du véhicule décarboné à Versailles), avec le cluster Aquitaine Robotique. Ces partages d’expérience sont une valeur ajoutée pour nos établissements.

CR

A propos :

L’IUT Poitiers-Niort-Châtellerault fêtera ses 50 ans en 2016
Les trois sites accueillent 2000 étudiants chaque année
Plus sur http://iutp.univ-poitiers.fr



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.