Accueil > Actualités > L’ARIA Poitou-Charentes, sous l’impulsion de son président Renaud Dutreil, (...)

Actualités 6 octobre 2016

L’ARIA Poitou-Charentes, sous l’impulsion de son président Renaud Dutreil, devrait poursuivre sa dynamique



Enregistrer au format pdf

L’Association Régionale des Industries Alimentaires de Poitou-Charentes tenait son assemblée générale le 30 septembre à La Rochelle. Visiblement dopée par l’effet Hermione, l’activité de l’association reste suspendue à un possible regroupement avec les deux autres entités équivalentes en Nouvelle Aquitaine, ce qui, aux dires de Renaud Dutreil, semble compliqué.

Une quarantaine d’adhérents sur les 80 que compte l’association assistaient à cet événement dirigé par Renaud Dutreil, président de l’ARIA depuis le 1er janvier dernier. Ces professionnels, pour la plupart à la tête de TPE-PME ont donc choisi un ancien Ministre des PME, repreneur de la source charentaise Fontaine Jolival - qu’il ne manque jamais de mettre en valeur en public - pour les représenter dans un marché de l’alimentation dominé par de grandes enseignes de distributeurs.
Il s’agissait lors de cette assemblée, à la fois de faire le point sur l’année 2015 et d’évoquer l’avenir avec l’intervention d’Alain Rousset, président de Nouvelle Aquitaine.

Une année 2015 dopée par l’effet Hermione

Avec un budget de 890K€ dont 250K€ de subventions, l’ARIA reste fragile, comme nombre d’associations et de clusters. Toutefois, cette année 2015 lui a permis de dégager un résultat positif après plusieurs années de pertes. Plusieurs facteurs semblent expliquer cette embellie et notamment des prestations de valorisation des produits avec la marque collective "Produit en Poitou-Charentes" comme l’explique Renaud Dutreil : "En France, tout ce qui est industriel est dévalorisé, tout ce qui est marque est surévalué. Nous sommes dans une économie de marques et devons toucher les consommateurs par le marketing et la communication [...] La France est un pays dans lequel les produits régionaux constituent une part essentielle du marché local. [...] Pour conquérir de nouveaux territoires, en France et à l’étranger, il convient d’être avant tout innovants."

Renaud Dutreil (à droite) et l’un de ses vice-présidents Jacky Collet (Les Jardins de l’Orbrie à Bressuire 79)

Restauration collective, circuits courts, formation des dirigeants, qualité, innovation, promotion sont donc sur la feuille de route de l’association pour les mois à venir, sachant qu’en 2015, plusieurs actions ont déjà été initiées. La plus emblématique a sans douté été la promotion des produits régionaux lors du voyage de l’Hermione outre Atlantique : création d’un catalogue "Maison L’Hermione, l’épicerie fine de Poitou-Charentes" distribué dans 700000 boîtes à lettres de la région, création de PLV spécifique, réalisation d’un plan de communication de grande ampleur et pérennisation de cet élan avec des coffrets gourmands pour la fin d’année.

La marque justement, fut une question posée à Alain Rousset. Avec la nouvelle région "Nouvelle Aquitaine", comment se positionner ? "On ne va pas faire disparaître le Périgord, le Poitou... la marque "sud-ouest" a fait ses preuves mais il faudrait interroger nos voisins d’Occitanie concernés aussi... Je ne vois donc pas de grand bouleversement immédiat, les consommateurs restent attachés à leur terroir. Néanmoins, à mon avis, "Aquitania" devrait bien passer aux Etats-Unis."

Travailler sur la chaîne de valeurs entre producteur et commerçant jusqu’à l’assiette du consommateur

Autre sujet important évoqué, l’émiettement des petits producteurs sur le territoire qui font certes du travail de qualité mais ont du mal à en vivre. "Il faut réfléchir sur la chaîne de valeur entre producteur et commerçants pour que chacun s’y retrouve en prenant en compte toute chaîne, jusqu’à l’assiette du consommateur" concluait Alain Rousset.

S’en est suivie une intervention de BPI France, représentée par son directeur en Poitou-Charentes : Mame Dieye. "Alors que l’argent n’a jamais été aussi peu cher (ndlr : référence aux taux d’intérêts très bas), comment se fait-il qu’il est toujours aussi difficile pour une petite entreprise de trouver des financements ?" telle était la question posée par Renaud Dutreil. Et comme rien n’est simple en ce pays, pas sûr que les chefs d’entreprise présents soient repartis avec des réponses claires sur ce sujet pourtant récurrent et crucial.

CR

Plus : www.ariapoitoucharentes.com



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.