Accueil > Actualités > Développement durable > Sécheresse en Nouvelle-Aquitaine, les pouvoirs publics créent un groupe de (...)

Développement durable 16 juillet 2019

Sécheresse en Nouvelle-Aquitaine, les pouvoirs publics créent un groupe de travail



Enregistrer au format pdf

L’été 2019 connait une sécheresse décennale. Les premières restrictions ont été prises dans plusieurs départements de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie (Creuse, Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime, Lot, Tarn-et-Garonne, Gers, Haute-Garonne, Tarn) révélant le manque de pluies hivernales.

Comme l’ont souligné les débats lors de la seconde séquence des Assises de l’eau, un "nouveau pacte pour faire face au changement climatique" est à décliner sur les territoires.

Le grand sud-ouest, représentant plus de 20 % du territoire national sera le plus impacté par ce dérèglement climatique. L’eau deviendra un facteur limitant aussi bien pour les populations que pour le développement économique et aura des conséquences dramatiques sur les milieux aquatiques, les zones humides et la biodiversité.

« Avec ce que l’on nous annonce, la vie elle-même, les activités économiques seront gravement compromises. Nos concitoyens ne mesurent pas encore la gravité des déficits en eau annoncés à échéance de 2050. On parle d’un déficit qui atteindrait 50 % de la consommation actuelle, soit 1,2 milliard de mètres cube ».

Conscients de cet enjeu majeur, l’Etat, le Comité de Bassin Adour-Garonne et les Régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie s’engagent à soutenir une stratégie pour la gestion de l’eau dans le grand sud-ouest axée sur cinq priorités :
- Accompagner un plan d’économies d’eau dans ses différents usages,
- Développer les mesures fondées sur la nature comme la restauration de zones humides, la végétalisation des villes ou la plantation de haies,
- Optimiser les ressources existantes et mobiliser de nouvelles ressources pour sécuriser les différents usages, notamment en périodes d’étiages,
- Soutenir l’émergence de nouvelles filières en s’appuyant sur les acquis de la recherche et des bonnes pratiques,
- Lutter activement contre l’artificialisation et l’érosion des sols.

Ces priorités ne sont pas exclusives mais constituent des mesures qui ont un effet de levier important pour apporter une réponse au déficit en eau du bassin actuel et futur.

Dans la poursuite et le suivi du Plan d’Adaptation au Changement Climatique, le Comité de Bassin a acté ce jour la mise en place d’un groupe de travail qui aura en charge de déterminer l’ensemble des actions à mettre en œuvre pour les 6 sous bassins et les quantifier afin de garantir la ressource en eau et le bon état des rivières dans une perspective 2050. Il devra rendre ses conclusions en décembre lors d’une prochaine séance du Comité de Bassin.

Trois vœux ont été également adoptés :
- Le premier sur la mobilisation des réserves hydroélectriques sous concession d’Etat pour prendre en compte le besoin d’eau pour sécuriser les différents usages.
- Un second sur la réforme de la PAC afin qu’elle puisse intégrer l’accompagnement des pratiques agricoles nécessaire à la reconquête de la bonne qualité des rivières.
- Enfin, un dernier vœu souligne les actions et la feuille de route présentées par le Ministre d’Etat, le 1er juillet dernier, en conclusion des Assises de l’eau et lui rappeler la spécificité du bassin Adour Garonne. « Un audit d’ici 18 mois devra être mené pour mesurer les effets des prélèvements sur le budget des agences de l’eau  ».

Le Comité de bassin souligne l’importance de moyens humains et financiers à mobiliser dans un territoire dont 77% de la superficie est en ZRR, 1/3 des masses d’eau à reconquérir au niveau national et où l’impact le plus important du changement climatique se traduit avec 1.2 milliard de m3 de déficit en eau. Ces moyens particuliers sont nécessaires pour une équité nationale et territoriale.

A propos :
Ce Comité de bassin Adour Garonne, également appelé "Parlement de l’Eau", organise la concertation et la solidarité entre tous les acteurs de l’eau de son territoire à travers l’élaboration d’une politique de gestion et d’aménagement des milieux aquatiques. Il réunit 135 membres élus.
Plus : www.eau-adour-garonne.fr

Site de l’agence de l’eau Adour Garonne : www.eau-adour-garonne.fr

Légende de la photo : le président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, est entouré (de gauche à droite) de Fabienne Buccio, préfète de la région Nouvelle-Aquitaine, Etienne Guyot, préfet de la région Occitanie et coordonnateur de bassin Adour-Garonne, Martin Malvy, président du Comité de bassin Adour-Garonne et Guillaume Choisy, directeur général de l’agence de l’eau Adour-Garonne.

A noter que le dossier du magazine le Petit économiste de l’automne 2019 sera consacré au climat et à la biodiversité. Pour en savoir plus : suivez ce lien



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.