Accueil > Actualités > Politique > Xavier Moinier prône de la cohérence dans l’organisation universitaire

Politique 15 avril 2016

Xavier Moinier prône de la cohérence dans l’organisation universitaire



Enregistrer au format pdf

Xavier Moinier est enseignant-chercheur à l’Université de Poitiers en sciences économiques. Il a été vice-président de l’Université, en charge de la communication (son mandat va prendre fin avec l’arrivée de la nouvelle équipe élue le 5 avril), Conseiller général de la Vienne, canton de Saint Julien l’Ars (2011-2015).
Elu local d’opposition à la Mairie de Sèvres Anxaumont, il s’est récemment déclaré candidat (PS) aux législatives de 2017.

Dans le cadre de sa profession, Xavier Moinier a développé une spécialité dans le domaine de la santé (thèse sur le marketing du sport, études sur la diffusion des médicaments...), mais c’est l’université qu’il a choisie comme thème de sa première tribune "de campagne". Un sujet d’actualité, car comme il le souligne justement, "l’organisation en COMUE (Communauté d’Universités et d’Etablissements), issue d’une loi de juillet 2013, pour notre région notamment, s’étend sur un territoire régional différent de celui que nous connaissons désormais".
En détails, la COMUE Léonard de Vinci, qui vient d’élire son président (le 7 avril) : Loïc Vaillant, président par ailleurs de l’Université de Tours, regroupe les universités de Tours, Orléans, Poitiers, La Rochelle et Limoges ainsi que les deux écoles d’ingénieurs ISAE-ENSMA (Futuroscope) et INSA (Centre Val de Loire).
De l’autre côté, la COMUE Aquitaine regroupe les universités de Bordeaux, Pau, Science Po Bordeaux, Bordeaux INP et Bordeaux Sciences agro.
Pour Xavier Moinier, "il fallait stopper la mise en place des instances dans ces COMUE et réorganiser les périmètres avec une cohérence régionale. Certes, Tours et Orléans se seraient retrouvés seuls et auraient peut être du rejoindre Paris mais cette incohérence territoriale aura des conséquences handicapantes. Les Régions ont une compétence sur l’enseignement supérieur et sur les fonds européens. Quelle cohérence demain sur les investissements, les catalogues de formation, la mobilité des personnels ?"
Le président de Région, Alain Rousset s’est à plusieurs reprises déclaré favorable à une fusion de ces deux COMUE, mais cette option ne semble pas recueillir l’adhésion des présidents des universités de Tours et Orléans.
"Comment croire que les élus de la région ALPC pourront financer des programmes de recherche dont certains alimenteront des universités qui ne font pas partie de leur territoire ?" martèle Xavier Moinier, tout en rappelant "Ce sont des sujets comme celui-ci qui me motivent à faire de la politique. Il faut changer les choses, être force de proposition."

Propos recueillis par Cécilia Rochefort



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.