Accueil > Actualités > Fret ferroviaire, mobilisation pour la ligne Thouars-Niort

Actualités 20 février 2018

Fret ferroviaire, mobilisation pour la ligne Thouars-Niort



Enregistrer au format pdf

SNCF Réseau a annoncé, le 25 janvier dernier, non seulement la fermeture de la partie encore ouverte de la ligne entre Niort et Parthenay au 30 avril 2018, mais aussi la multiplication par plus de deux du coût des travaux, pour seulement 44 des 77 km prévus, mettant en péril des entreprises et surtout de nombreux emplois.

Les entreprises, les élus locaux [1] ont vivement réagi, tout comme la Région : « Nous dénonçons l’absence de considération et l’opacité des argumentations techniques de la part de SNCF Réseau pour les acteurs économiques des Deux-Sèvres, sur un projet pour lequel 8,5 M€ ont été réunis par l’ensemble des partenaires. Nous dénonçons une attitude désinvolte et irrésolue qui, sous couvert d’arguments non étayés, met en péril la viabilité économique d’entreprises de la région et la politique en faveur du fret ferroviaire souhaitée par le gouvernement. Nous sollicitons Élisabeth Borne, ministre des Transports, pour qu’elle nous reçoive, afin de valider notre engagement conjoint en faveur du fret ferroviaire, et qu’elle exige de SNCF Réseau son engagement réciproque. Nous exigeons collectivement que SNCF Réseau s’investisse en faveur du fret ferroviaire et :
- réalise les travaux d’urgence afin que la partie sud, encore circulée, de la ligne Niort-Thouars ne ferme pas en avril 2018 comme annoncé aujourd’hui ;
- lance dans le même temps les études nécessaires sur la partie nord, fermée depuis décembre 2015, de la ligne Niort-Thouars qui fait partie intégrante du projet ;
- programme et réalise les travaux pour la ligne Niort-Thouars sur la totalité de son tracé.
 »

Voici le communiqué d’Europe Ecologie Les Verts Deux-Sèvres : " La ligne fret Niort-Thouars est définie par SNCF Réseau et l’AFITF (Agence de Financement des Infrastructures de Transport en France) comme un axe fret prioritaire au niveau national en raison de son trafic : 540 000 tonnes, voire plus d’1 million de tonnes sur la partie Thouars-St Varent. Son abandon, organisé par SNCF Réseau, alors que les financements pour sa rénovation ont été rassemblés est une catastrophe économique pour plusieurs grandes entreprises du Nord des Deux-Sèvres et résonne comme un non-sens au regard des ambitions déclarées de la COP 21 !
Demain, des milliers de camions dangereux et polluants seront remis sur la route. Puis viendra la facture financière de la réfection de la 3 voies défoncée. La facture énergétique, climatique et humaine ne fera que s’alourdir ! La fermeture de cette ligne est aussi en totale contradiction avec le flux ferroviaire de Niort terminal et ses lignes hebdomadaires vers Fos-Marseille-Parme ainsi que Perpignan, en constante augmentation. Hélas, le constat risque d’être le même pour les trains de voyageurs. Le rapport Spinetta, remis au gouvernement hier, préconise la fermeture de milliers de kilomètres de petites lignes. Encore une fois la politique des transports collectifs ne sera pas à la hauteur des enjeux à long terme mais se résumera à une logique tristement comptable, au détriment de l’aménagement du territoire et des besoins des usagers. Une ancienne publicité proclamait « Avec la SNCF, c’est possible ! ». Nous aurions aimé y croire !
"

Déjà, mi-décembre, la Région avait alerté sur le comportement de SNCF Réseau pour les projets de travaux sur les lignes ferroviaires capillaires fret Niort-Thouars et Mont-de-Marsan-Tarbes. " Alors que la Région Nouvelle-Aquitaine vient de débloquer 4.181.000 euros pour sauver la ligne Niort-Thouars, le montant des travaux est réévalué a posteriori par SNCF Réseau. Il est aussi question que la ligne ferme en début d’année. La Région Nouvelle-Aquitaine exige la non fermeture de cette ligne au 31 mars 2018 comme annoncé, et la réalisation des travaux, avec la signature de la convention, avec le budget disponible."
Concernant la ligne Mont-de-Marsan-Tarbes, la situation n’était guère plus favorable dans la mesure où les travaux n’étaient pas inscrits dans le plan de charge de SNCF Réseau. La Région Nouvelle-Aquitaine, en contribuant à hauteur de 2.650.000 euros, a financé 53 % du projet. « Ces deux lignes fret sont primordiales pour les territoires, pour les entreprises, pour les ports de commerce de Rochefort, La Rochelle, Bordeaux et Bayonne. L’action de la Région a été déterminante. Nous avons même avancé la part du Département des Deux-Sèvres pour faire avancer le projet Niort-Thouars. Les travaux n’ont pas commencé que sa fermeture est annoncée. Pour le projet de la ligne Agen-Auch, le partenariat avec SNCF Réseau en Nouvelle-Aquitaine et Occitanie s’est révélé efficace. Comment une telle différence est-elle possible ? » s’interrogeaient Alain Rousset, président du Conseil régional, et Renaud Lagrave, vice-président en charge des infrastructures, des transports et des mobilités.

Pour rappel, voici le contenu de la délibération prise en commission permanente régionale le 17 novembre 2017 : " Aujourd’hui, la Région favorise le bouclage du plan de financement en faisant l’avance de la part du Département, dans l’attente de la finalisation des négociations en cours. 4.181.000 € sont ainsi débloqués. SNCF Réseau a contacté tous les chargeurs afin d’établir les niveaux actuels de trafics ainsi que les potentiels de trafics à venir. Unanimement, les acteurs ont affirmé le caractère urgent et crucial de cette ligne pour leurs activités et en ont souligné les impacts sur les emplois. Ils ont démontré les flux ferroviaires importants vers la région de Bordeaux. Ils ont souligné qu’un report sur la route aurait un fort impact au niveau de leur rentabilité en raison du différentiel de prix route/rail pour les matériaux de carrière.
SNCF Réseau a présenté une solution optimisée visant une prolongation de la voie, par le remplacement de la moitié des traverses du linéaire et des reprises ponctuelles sur les rails et ouvrages pour un montant de 8.500.000 €. Un plan de financement a été élaboré avec l’appui des différents partenaires. La Région a alors fait le choix de l’inscrire au CPER 2015-2020 à hauteur de 2.550.000 €. La circulation des trains de fret entre Niort et Saint-Varent est interrompue depuis fin décembre 2015. Cette ligne de fret est l’une des plus importantes au niveau national avec près de 550.000 tonnes de fret entre Saint-Varent et Niort et plus d’1 million de tonnes, entre Thouars et Saint-Varent.
"


[1Les signataires :
Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine ;
Gilbert Favreau, président du Conseil départemental des Deux-Sèvres ;
Les dirigeants des entreprises Amaltis, Kléber-Moreau et Roy ;
Les députés Delphine Batho, Guillaume Chiche et Jean-Marie Fiévet ;
Les sénateurs Jean-Marie Morisset et Philippe Mouiller.


  • Christophe
    23 février, 11:14

    Depuis le pont au niveau de la rue du Bas Vallon à Niort on a une bonne idée de l’état de l’infrastructure (PK413) :
    - rails délaminés,
    - traverses pourries avec de multiples types (bois, béton, mi béton mi acier).
    Un peu plus loin une éclisse est maintenue par des serre-joints.
    Est-il possible de maintenir une circulation dans ces conditions d’autant plus pour des trains de fret de 2000 t ? Même sans être spécialiste, par sécurité, je suis tenté de dire non, comme je suis tenté de dire qu’il faut refaire complètement la voie et son support.
    Quel est l’âge des traverses, des rails et du ballast ?
    Cet état n’est que le résultat d’un sous entretien depuis des années ?
    Qui est le responsable de cela ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.