Accueil > Actualités > International > Le rôle stratégique de la représentation de la Nouvelle-Aquitaine à (...)

International 2 janvier 2020

Le rôle stratégique de la représentation de la Nouvelle-Aquitaine à Bruxelles



Enregistrer au format pdf

Ce n’est pas récent, déjà avant la fusion des Régions, l’Aquitaine disposait d’une telle représentation qui, sous l’impulsion du Président Rousset, s’est renforcée au titre de la Nouvelle-Aquitaine. Une équipe de dix personnes travaille en permanence à Bruxelles, depuis le 21 rue Montoyer, afin de faire avancer les dossiers européens et d’accompagner élus et acteurs économiques dans leurs actions.

A l’occasion d’une invitation du Comité européen des Régions, en décembre dernier (lire p. 5 et 6 de notre magazine de l’hiver), nous avons pu faire la connaissance d’une partie de cette équipe dirigée depuis 20 ans par Marie-Pierre Mesplède (en photo ci-dessus).

C’est tout un écosystème qui se déploie et fourmille à Bruxelles dans le quartier européen, institutions, représentations en tout genre, élus... Pour y avoir accès et faire entendre sa voix, mieux vaut en connaître les codes. Ici, le lobbying est légion et la Nouvelle-Aquitaine, Région, rappelons-le, aussi grande que l’Autriche, entend bien y défendre ses intérêts.
"Ici, le lobbying n’est pas un gros mot, il est normal que les territoires, les filières, s’informent sur les projets de réglementation, essaient de faire avancer leur dossier. Nous ne sommes pas en contact direct avec les Néo-Aquitains, mais plutôt avec les corps intermédiaires. Un exemple : actuellement, nous travaillons à la sauvegarde de la filière liée au fois gras. Elle représente une partie importante de notre économie en agroalimentaire et est menacée par un projet de déréglementation des produits sous la pression des partis animalistes" explique la directrice de la représentation.

Marion Chauveau qui, comme ses collègues, est salariée de la Région, a en charge notamment les questions liées aux transports, un secteur important en Nouvelle-Aquitaine. A ce titre, elle travaille actuellement à faire accéder le Port Atlantique de La Rochelle à certains dispositifs de soutien européen au développement. " De par sa taille, le Port Atlantique n’a pas accès à certaines aides réservées aux grandes infrastructures. Néanmoins, la volonté de son exécutif et sa croissance sont un atout pour le territoire et nous essayons de les accompagner sur certains projets."

"70% des lois en France sont d’origine européenne" complète Marie-Pierre Mesplède afin de rappeler l’importance de ce suivi en amont des projets législatifs et réglementaires du Parlement.

Marie-Pierre Mesplède entourée de Marion Chauveau et de Vincent Mazzone

Pour Vincent Mazzone, qui nous a guidés pendant le séjour, la mission est quelque peu différente puisqu’il accompagne Isabelle Boudineau, VP Europe et International de la Région lors de ses travaux au Comité des Régions. Un mandat en cours de renouvellement et dans lequel l’élue s’est fortement engagée, présidant la commission COTER (Cohésion, territoire et budget). La composition de la nouvelle assemblée du Comité européen des Régions sera connue en février prochain.

Isabelle Boudineau et Vincent Mazzone travaillent à la prise de parole de l’élue lors de cette dernière session du Comité des régions

Outre ces missions, cette représentation de la Nouvelle-Aquitaine à Bruxelles organise régulièrement des conférences dans les espaces qu’elle partage avec les autres locataires de l’immeuble : Régions de la HESSE (Allemagne, propriétaire de l’immeuble), de l’Emilie-Romagne (Italie) et de la Wielkopolska (Pologne). De nombreux thèmes communs relient ces quatre régions dont les représentants à Bruxelles unissent souvent leurs forces pour des enjeux convergents comme les IGP par exemple.
Elle travaille bien entendu en liaison avec les instances régionales en Nouvelle-Aquitaine : Clusters, CESER, ADI... Accueille des délégations, des groupes de jeunes comme récemment la Mission Locale de Guéret...

Les profils des collaborateurs qu’encadre Marie-Pierre Mesplède sont donc variés et ils vont avoir fort à faire dans les prochains mois avec les nouvelles instances européennes qui fixeront le cadre de la politique des 27 pays membres et son budget pour la période 2021-2027.

Pour mémoire, 5 eurodéputés français sont basés en Nouvelle-Aquitaine :
- Benoît Biteau (groupe Verts/ALE)
- Laurence Farreng (Groupe Renew Europe)
- Stéphane Séjourné (Groupe Renew Europe)
- Jean-Paul Garraud (Groupe identité et démocratie)
- Hélène Laporte (Groupe identité et démocratie)

CR.

Contact : bureau-bruxelles@nouvelle-aquitaine.fr

Crédits photos : Magazine le Petit économiste



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.