Accueil > Entreprises > Clubs et réseaux > Aunis, élus et clubs d’entreprises font bouger les lignes

Clubs et réseaux 5 avril 2016

Aunis, élus et clubs d’entreprises font bouger les lignes



Enregistrer au format pdf

Le premier Carrefour des entreprises aunisiennes qui s’est tenu à Marans les 1er et 2 avril a connu un vif succès. Cette initiative des deux clubs d’entrepreneurs locaux : le Club d’entreprises du Pays Marandais et le Club Aunis Entreprendre, soutenue notamment par la Communauté de communes Aunis Atlantique, est à saluer.
Outre les espaces d’exposition où des entreprises locales ont pu faire connaître leurs savoir-faire, différents temps d’échange avaient été organisés. La table ronde du samedi matin réunissait des élus autour de la question des métropoles.

Michel Tapon, Président de la Communauté de Communes du Pays de Fontenay-le-Comte

Michel Tapon, Président de la Communauté de Communes du Pays de Fontenay-le-Comte, venu en voisin, bien que n’étant pas dans le même périmètre régional, a évoqué son projet de "Pôle métropolitain" autour de Fontenay le Comte.
Pour Eric Fraire, architecte, membre du comité organisateur de l’événement, "il n’y a pas de pôle métropolitain sans une ville centre forte".
Jean-Pierre Servant, Maire de La Ronde et Président de la Communauté de Communes Aunis Atlantique, quant à lui, évoquait plutôt des sujets convergents comme le travail sur une solution alternative à l’autoroute A831 abandonnée par l’Etat. En ce sens, il a vite été rejoint par Jean-Luc Algay, Maire de L’Houmeau et vice-Président chargé de l’économie de la Communauté d’Agglomération de La Rochelle qui mise essentiellement sur les projets et non sur une ville-centre. "Il faut éviter de se faire concurrence entre territoires, c’est une perte d’énergie. Sur l’agglo de La Rochelle, nous travaillons beaucoup autour de filières identifiées à soutenir."
Claude Roulleau, vice-président de la Communauté d’agglomération du Niortais, a de son côté plutôt insisté sur les compétences, l’image du territoire à déployer pour attirer les actifs et les entreprises.
Pour Jean Gorioux, Maire de Saint Georges du Bois et Président de la Communauté de communes Aunis sud, "l’important est de ne pas générer de structure supplémentaire."
Quant à l’animateur, Jean-Claude Court de Chorus Consultants, il a rappelé aux élus qu’il leur faut donner de la cohérence à leurs actions car "les chefs d’entreprise ne sont pas dupes et si tel ou tel axe est annoncé, il faut que l’action suive."
La notion de marketing territorial a bien entendu été évoquée, tout comme celle de bassin d’emplois. Le prix du foncier, très dissuasif sur le territoire rochelais a été souligné. Il ne favorise pas l’installation de jeunes actifs.
Des échanges avec le public ont permis de faire avancer le débat. La nouvelle donne régionale devrait conduire certains territoires à travailler davantage ensemble pour défendre leur attractivité. Ce sera certainement le cas entre La Rochelle, l’Aunis, Fontenay le Comte et le Niortais.

CR.

Photo principale : Jean-Pierre Servant au micro, à sa gauche, Jean Gorioux. A sa droite, Jean-Luc Algay puis Claude Roulleau. Crédits photo le Petit économiste.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.