Accueil > Actualités > Territoires > Dominique Bussereau et Jean Pierre Raffarin proposent à Nicolas Sarkozy de (...)

Territoires 5 décembre 2008

Dominique Bussereau et Jean Pierre Raffarin proposent à Nicolas Sarkozy de fusionner les régions Aquitaine et Poitou-Charentes.



Enregistrer au format pdf

"Cette proposition repose sur un faux débat" commente Alain Rousset, Président de la Région Aquitaine.

Dominique Bussereau, Président du Conseil général de Charente-Maritime également Secrétaire d’Etat aux transports et Jean-Pierre Raffarin, Sénateur de la Vienne, ont adressé hier à Nicolas Sarkozy un courrier qui vient d’être livré à la presse (à consulter ci-dessous), par lequel ils proposent au Président de fusionner les régions administratives d’Aquitaine et Poitou-Charentes "à titre expérimental". Une proposition qui met en avant "la nécessité de constituer sur l’arc atlantique une force de frappe économique", et de gommer l’empilement de niveaux de l’administration locale (communes, communautés de communes, départements, régions) au détriment de la "clarté du principe démocratique". La Région semble à leurs yeux l’échelon le moins adapté face à ce défi, en raison de sa taille.

Lettre de Messieurs Raffarin et Bussereau à Nicolas Sarkozy pour une fusion Aquitaine Poitou Charentes

Cette initiative intervient à point nommé puisque se termine ce vendredi le Congrès de l’ARF (Association des régions de France) présidée par Alain Rousset, également Président de la région Aquitaine et député PS.

Un congrès au cours duquel Alain Rousset n’a pas manqué de marquer son désaccord avec la politique menée par le Gouvernement (discours à télécharger ci-dessous).

Discours Alain Rousset clôture du Congrès de l’ARF

Contacté par le Petit économiste ce vendredi à son retour de Congrès, Alain Rousset a bien voulu nous livrer sa réaction :

" La taille modeste des régions Aquitaine et Poitou-Charentes, qui justifierait une telle fusion est un faux argument ; une vieille idée qui ne tient pas, surtout si on regarde nos voisins européens. Ce qui fait la force de frappe d’un territoire, ce n’est pas sa taille, ce sont ses moyens. Que l’Etat nous délègue les moyens d’agir : fiscalité, compétences... et nous seront beaucoup plus efficaces pour mener une politique cohérente à petite échelle.

Ce qui nous paralyse en France, c’est l’Etat centralisateur, Jacobin, la décentralisation n’est pas aboutie, on se retrouve avec une administration décentralisée qui agit localement sur les mêmes compétences que la Région ; chacun avec son personnel, son budget de fonctionnement, on ne sait pas qui fait quoi... bref, je le répète, ce style de proposition semble fortement politisé à un an et demi des élections régionales. L’enjeu est important pour un gouvernement qui vient de proposer le plus mauvais plan de relance économique de toute l’Europe. Un plan de relance pour lequel d’ailleurs les Régions, attributaires de la compétence économique, n’ont pas, malgré leur demande, été consultées . Lire notre article publié hier à ce sujet.

Au moment où l’article est mis en ligne, nous n’avons pas pu avoir la réaction de Madame Royal.

Les commentaires de Dominique Bussereau recueillis le 12 décembre

"La fusion des régions n’est pas un sujet récent, nous y réfléchissons depuis longtemps, notamment au sein de la Commission Balladur."

Le Président Rousset affirme que la taille des régions n’est pas un critère déterminant au regard d’autres régions européennes, que lui répondez-vous ?

"La région Poitou-Charentes ne possède pas de "capitale régionale" réellement affirmée ; en Charente Maritime, nous sommes très proches de l’Aquitaine, et bénéficions largement de l’attractivité de Bordeaux. Les pouvoirs plus complets des régions allemandes par exemple restent à discuter, comme le soulignait Alain Rousset. Par contre, nous devons nous appuyer sur une grande métropole pour renforcer notre action, et en Poitou-Charentes, nous n’avons pas cette métropole. L’Aquitaine, avec Bordeaux, est différente et sa complémentarité avec notre région est déjà établie sur de nombreux points : les ports, les universités, le secteur agroalimentaire... Je ne vois donc pas d’autre alternative au renforcement de notre région."

Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’avoir voulu créer un "camouflet politique" ?

"Nous voulons faire avancer le débat, et donner à notre région une vraie dimension européenne, c’est tout. D’ailleurs, nous étions ces derniers jours en débat au Conseil général de Charente-Maritime et les élus de gauche ne sont pas montés au créneau sur ce sujet. Nous pouvons aussi mettre en place un sondage au niveau des régions, voire un référendum, comme le prévoient des dispositions mises en place par Jean Pierre Raffarin."

Quelles solutions pour alléger notre millefeuilles administratif ?

"Nous ne devons pas toucher aux communes qui ont un rôle important en matière de proximité et de démocratie en lien direct avec le citoyen. Par contre, l’idée de renforcer l’intercommunalité comme la Communauté de communes de Haute Saintonge qui regroupe 123 communes. Ensuite, il faut à mon sens revoir la légitimité des Pays, quitte à ce qu’ils soient calqués sur le périmètre des communautés de communes. Les Départements et enfin les régions peuvent faire l’objet d’aménagements. "

CR

(Photo D. Bussereau et JP Raffarin, Eric Chauvet 06.80.60.28.08 ; Photo A. Rousset, CR Aquitaine).



  • gwerz
    6 décembre 2008, 10:40

    Soirée trop arrosée ? Bussereau a-t’il lancé cette blague pour remonter le moral de son copain Raffarin après le désastre de sa candidature au Sénat . Dès que la gueule de bois se sera dissipée, je leur conseillerai de proposer plutôt une fusion d’une partie de la région Loire Atlantique avec la région Bretagne (qui est demandée depuis longtemps ) . Je suis sûr que Fillon appréciera . En tout cas moi qui suit Breton, Je me dirais que ces deux joyeux lurons auront alors servi à quelque chose . (Promis, je ne leur demanderai pas de droits d’auteur pour l’idée )

  • Emmanuel
    12 décembre 2008, 22:03

    Poitou-Charentes et Aquitaine !
    C’est marier lundi avec mardi...
    O va pas. O l’est in drigall, tournzou virzou, o va pas !
    Raffarin de ben.

    Ubu Roi fait rien de bien.
    C’est du délire total.
    Même dans sa maison de retraite, Raffarin (et Bussereau qui suit) continue à faire des bétises.

    Raffarin devrait d’abords penser à ce qui est bon pour la région Poitou-Charentes avant d’essayer de la saborder ou de l’enterrer vivante.

    Ce qui serait bon pour la région et qui devrait lui paraître évident, serait par exemple de demander le rattachement de la Vendée (anciennement Bas-Poitou) à notre région, de développer les infrastructures routières et ferrovières défaillantes, notamment les axes du nord et de l’ouest, créer un axe La Roche/Poitiers, encourager les entreprisent régionales et les dynamiques régionales...

    Ses priorités devraient être d’encourager la dynamique du Bassin Choletais et de s’y associer, car le Bressuirais contribue largement à ce succès, qui pour le moment ne profite qu’au Maine-et-Loire/Vendée.
    La Rochelle regarde autant la Vendée que le reste de la Charente-Maritime. Niort rayonne également sur la Vendée. Saintes, Angoulème et Poitiers ont leur propres aires d’influence, mais tout le nord Deux-Sèvres est tourné vers les Pays de la Loire (Bressuirais vers Vendée et Choletais, Thouarsais et Loudunais vers Saumur et Angers) et le nord de la Vienne regarde le Centre (Châtellerault vers Tours).

    A contrario, aucune ville du Poitou-Charentes n’est directement dans la zone d’influence de la ville de Bordeaux !
    Aucune zone du Poitou-Charentes n’est soumise à l’attractivité économique de Bordeaux, ni du reste de la région Aquitaine.
    Aucune zone du Poitou-Charentes
    ne bénéficie de retombées économiques des activités aquitaines.
    Aucune zone du Poitou-Charentes ne participe, n’est intéressé ou actrice dans une quelconque dynamique frontalière avec la région Aquitaine.

    Oui au rapprochement naturel avec la Vendée, oui au développement économique des régions de l’Ouest, vers lesquelles nous sommes logiquement tourné.

    Oui à la région Poitou-Charentes à 5 départements avec la Vendée.
    Oui à la région Bretagne à 5 départements avec la Loire-Atlantique.
    Oui à la région Anjou à 4 départements avec l’Indre et Loire.
    Oui aux régions naturelles,
    Non aux régions fantasques, résultats de fins (ou pas fins) calculs machiavéliques, politiques, stériles et sources d’appauvrissements économiques, culturels et intellectuels.

    Même si les bretons ne sont pas d’accord, il me semblerait beaucoup plus efficace et logique, la création de la région Ouest (Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes), de sorte à ce que Vendée et Loire-Atlantique retrouvent naturellement leur région maternelle, à savoir Poitou-Charentes pour l’une et Bretagne pour l’autre.

    Plus de saillie, plus d’amputation, mais des liens économiques, culturels et sociaux retrouvés, restructurés et renforcés.

    Un homme politique ne peut pas créer une autoroute qui ne mêne nulle part, qui soit le fait d’une de ses propres lubies, mais il est un devoir pour un homme politique de créer une autoroute là où, flux économiques et sociaux, culturels et historiques, tendent, se dirigent, se croisent et se rencontrent.

    Nous devions déjà le 05 (de nos numéros de téléphone) à Raffarin, au lieu d’avoir le 02 ! Raffarin oeuvrant à tous les niveaux à préparer les mentalités à ce rapprochement qu’il souhaitait depuis longtemps.

    Il n’a pas résisté à l’urgence de sa précipitation (entrainant Bussereau avec lui) de faire part de son rapprochement ubuesque au Président de la République, pensant certainement qu’au rythme où vont les réformes, sa lubie aurait une chance d’aboutir.

  • Jean-Luc
    21 octobre 2011, 09:44

    Laissez les Charentais aller vers leur métropole naturelle, historique et géographique, Bordeaux, avec ou sans le Poitou, qui est lui plus proche des Pays de Loire !

    Le Seuil du Poitou est une réalité qui sépare le Midi du Nord, qu’on le veuille ou non, et les Charentais ne se laisseront pas bouffer par les Poitevins.

    De temps en temps de rares sondages apparaissent dans la Charente Libre : 80% des Charentais se sentent plus attirés vers Bordeaux, 15% vers Poitiers.

  • Jean-François
    21 mai 2014, 00:59

    Pensons à une échelle européenne et inspirons nous de notre histoire.

    Les départements français sont nés sur le concept qu’une personne devait dans la journée partir le matin de son domicile, régler ses affaires administratives dans la métropole "départementale" et retourner à son domicile le soir.

    Au niveau européen, nos régions sont des petits puzzles qui coûtent chères mais globalement fonctionnent.

    Donnons à la Bretagne la possibilité de se réunifier, donnons lui également la possibilité de s’agrandir. Donnons aux Pays de le Loire une chance de se projeter dans l’avenir. Donnons à la région Poitou-Charentes un ancrage auprès de bassins d’emplois dynamiques. Fusionnons les 3 régions en une région Ouest : 8,8 millions d’habitants, un façade maritime magnifique, un potentiel humain certain. Créons notre avenir... à l’Ouest.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.