Accueil > Actualités > Territoires > GrandAngoulême, futur territoire hydrogène ?

Territoires 20 octobre 2016

GrandAngoulême, futur territoire hydrogène ?



Enregistrer au format pdf

Le 30 septembre 2016, GrandAngoulême s’est porté candidat à l’appel à projets national « Territoires Hydrogène » lancé par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.

A travers cette démarche, l’État souhaite identifier et encourager les territoires souhaitant mettre en œuvre l’hydrogène comme vecteur énergétique. Les applications peuvent désormais couvrir un large spectre d’usages, tels que la mobilité ou le stockage des énergies renouvelables.
Labellisé Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV), GrandAngoulême s’était engagé sur cette voie dès mai 2015 avec son projet de pile à hydrogène capable de stocker et de restituer de l’énergie au bâtiment d’activités Technoparc. [1]
S’appuyant sur le partenariat créé entre GrandAngoulême et Nexeya Systems/CEA Tech, l’objectif de la candidature est de faire émerger un écosystème technologique et d’enseignement autour de l’hydrogène, en lien avec la stratégie régionale sur l’émergence de cette filière.

La proposition déposée propose de :
- Développer sur le territoire une offre de formation intégrée (enseignement supérieur et recherche, transfert de technologie, formation initiale et continue) capable de répondre aux nouveaux besoins de compétences dans les métiers de demain, notamment en termes de :
• maintenance de systèmes globaux (hydrogène, batteries, énergies renouvelables),
• réglementation/sécurité/audit,
• modélisation et simulation.
- Ouvrir localement de nouvelles perspectives d’usages de l’hydrogène à court et moyen termes sur :
• la mobilité et les déplacements urbains (installation d’une station hydrogène expérimentale pour la petite mobilité, vélos et/ou véhicules légers),
• la compétitivité des entreprises industrielles et agricoles locales (modernisation d’équipements ayant aujourd’hui recours à l’énergie fossile ou renforcement de capacités électriques sur les machines-outils ou les chaînes de production).
- Nouer des partenariats privilégiés avec des industriels locaux, en lien avec le nouvel acteur industriel qu’est Nexeya en tant qu’intégrateur de solution de stockage d’énergie, contribuant ainsi au maintien et à la création d’emplois non délocalisables.

Crédits photo : L’entrepreneur charentais


[1L’expérimentation hydrogène adossée au Technoparc (horizon 2018) :
Des panneaux photovoltaïques fournissent le bâtiment en électricité et le surplus d’énergie produit est stocké sous forme d’hydrogène. Celui-ci est réutilisé sous forme électrique (et de chaleur) via une pile à combustible, suivant les besoins énergétiques des usagers.
Le système déployé sera cyclique, suivant les périodes d’ensoleillement, et permettra une performance énergétique et écologique optimale du bâtiment, certifié Bepos (Bâtiment à Énergie Positive).
L’investissement total de 1,5 M€ est financé par le fonds ministériel de transition énergétique (600 k€), les fonds européens (600 k€) et GrandAngoulême (300 k€).


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.