Accueil > Actualités > International > Covid-19 : les enjeux pour le commerce international avec la Team France (...)

International 7 avril 2020

Covid-19 : les enjeux pour le commerce international avec la Team France Export



Enregistrer au format pdf

Les Chambres de Commerce et Business France, qui composent la Team France Export avec également les équipes des Régions, ont mis en place des conférences en ligne qui font le point sur l’activité économique à l’échelle internationale grâce à l’intervention d’experts.

En direct ou en replay, ces conférences sont accessibles notamment via ce lien : www.rochefort.cci.fr Il suffit de s’inscrire pour recevoir le lien de connexion.

Ce mardi 7 avril, environ 1600 internautes étaient connectés pour suivre la conférence sur la situation en Europe.

En préambule, Ana Boata, directrice de recherches en macroéconomie chez Euler Hermes a présenté plusieurs scénarios plus ou moins optimistes en fonction de la durée de confinement de 1 mois à 2 mois pour l’hypothèse la plus pessimiste.
Pour cette experte, c’est l’industrie manufacturière et la construction qui reprendront en premier. Les services suivront.
La zone euro devrait enregistrer une récession beaucoup plus forte qu’en 2009, mais la crise économique peut prendre fin rapidement si les mesures prises par les gouvernements sont les bonnes. Inversement, si des erreurs sont commises, une crise financière pourrait apparaître et entraîner les pays vers une récession d’un an ou plus. "Plus de la moitié du PIB mondial étant confiné actuellement, il faut attendre au moins un trimestre pour voir plus précisément et faire des prévisions. En Chine par exemple, la production a repris à hauteur de 80% environ, mais pas la consommation !"

L’experte s’est penchée également sur les entreprises fragilisées par cette crise sanitaire. "Elles sont concentrées dans trois secteurs d’activités : les services, la construction, l’agroalimentaire. Ces entreprises sont fragilisées car endettées et peu capitalisées."
Tous les experts présents ont rappelé la fragilité récurrente des entreprises françaises sur leurs marges, plus faibles que celles de leurs concurrents. "Le gouvernement doit être vigilant sur les mesures qu’il envisage afin de contribuer à améliorer ces marges. Les défaillances mondiales d’entreprises prévisibles se situent autour de +14%, voire +20% si les politiques publiques ne sont pas à la hauteur !"

Après cette phase plutôt pessimiste, un tour d’horizon a été effectué avec des correspondants dans différents pays. Il a permis d’appréhender la situation hors de France avec des opportunités de marchés se dessinent déjà même à distance car "les équipes de Business France notamment restent opérationnelles et tout est possible à distance". La transition énergétique en Pologne, la digitalisation de l’industrie en Italie, le digital dans la plupart des pays... Les entreprises françaises qui le pourront vont voir de nouveaux marchés s’offrir à elles, sans oublier les comportements de consommation qui sont et vont certainement être modifiés durablement.

L’attention a été rappelée pour conclure sur la capacité de certains pays, notamment d’Europe du nord, à rebondir rapidement après une crise comme en 2009. Les premiers sur le pont seront les gagnants d’une nouvelle donne économique mondiale.

CR



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.