Accueil > Communiqués > Port Atlantique La Rochelle, le trafic céréalier reprend des couleurs

Communiqués 18 juin 2018

Port Atlantique La Rochelle, le trafic céréalier reprend des couleurs



Enregistrer au format pdf

A l’occasion de la Bourse Maritime Agricole, qui réunit chaque année les acteurs de la filière agricole à La Rochelle, c’est l’heure du bilan de la campagne céréalière, alimentation animale et engrais 2017-2018. L’amorce d’un retour à la normale en volume et une très bonne qualité, après une période difficile.

Avec 3,8 millions de tonnes, le bilan estimatif de la campagne céréalière 2017-2018 redonne progressivement le sourire à une filière fortement malmenée. Comparée à la campagne précédente, l’évolution affiche une hausse de 15%. Les deux opérateurs portuaires rochelais se félicitent également du retour de la qualité, avec notamment des taux de protéine sur les blés supérieurs à 12%.

Vincent Poudevigne - Directeur Général - Groupe Sica Atlantique « Malgré le potentiel que représentait la récolte céréalière 2017, en qualité comme en quantité, le contexte de marché n’a pas permis d’atteindre le niveau d’exportation attendu, et la modeste reprise d’activité du 1er semestre 2018 n’a pas suffi à combler le retard accumulé durant la première partie de la campagne. Au final, entre 2,3 et 2,4 millions de tonnes auront transité par les installations de Sica Atlantique, dont 2,1 au départ de Port Atlantique La Rochelle. Avec sa teneur en protéines particulièrement élevée, le millésime 2017 de blé tendre a pu satisfaire aux exigences qualitatives de l’Arabie Saoudite, ce pays devenant ainsi notre principal débouché (30% du total). L’Afrique de l’Ouest reste fidèle à notre terroir et représente près du quart de nos chargements en tonnage. Le stock de report dans l’hinterland de La Pallice, l’état des cultures et les engagements des exportateurs sur juillet et août sont plutôt de bon augure pour la campagne à venir, même s’il reste à lever quelques incertitudes sur la qualité de la récolte et la logistique d’approvisionnement portuaire ».

Jean-François Lépy - Directeur Général Négoce - Groupe Soufflet et Jean-François Rabu – Directeur – Socomac Groupe Soufflet : « La campagne 2017-2018 sur Port Atlantique La Rochelle est celle du retour à la normale en volume et surtout celle de la qualité de la décennie avec des taux de protéine sur les blés supérieurs à 12%. Cette belle qualité nous a permis de servir des marchés d’opportunité comme l’Arabie Saoudite, tout en maintenant nos volumes sur l’Afrique de l’Ouest. Nous avons eu également une belle campagne en orges fourragères avec le retour de la Chine. Enfin, nos volumes à destination de l’Union Européenne sont en progression. En revanche, la forte concurrence des céréales de la Mer Noire contribue à une forte saisonnalité de nos exports et principalement à l’automne. Il faut noter également les impacts liés aux grèves de la SNCF qui pénalisent nos approvisionnements en fin de campagne de plus de 100.000 tonnes. A fin juin 2018, Socomac clôturera la campagne avec 1 700 000 tonnes transitées. Après l’inauguration de notre nouveau silo de Chef de Baie, le 23 mars, nous montons en puissance dans son exploitation, aussi bien sur les cadences de chargement, mais aussi des approvisionnements en mettant l’accent sur le programme ferroviaire malgré l’impact des grèves que nous espérons ponctuelles ».

Les vracs agricoles progressent proportionnellement plus vite que la filière céréalière. Qu’il s’agisse d’alimentation animale (+27%) ou d’engrais (+30%), les opérateurs rochelais connaissent des années record.

Francis Grimaud - Directeur – Etablissement Vraquier de l’Atlantique (EVA) : « La croissance des volumes des matières premières destinées à l’alimentation animale a été significative pour EVA cette année, passant de 188 685 tonnes en 2016 à 241 036 tonnes en 2017 (+27%). Dans le détail, 124 707 tonnes de tourteaux de tournesol, 113 033 tonnes de tourteaux de soja et 3 296 tonnes de tourteaux de colza. La part de soja non OGM se situe aux environs de 20%. Les six premiers mois de 2018 sont dans la lignée de 2017. Le dernier trimestre 2017 est caractérisé par les démarrages de deux gros chantiers d’aménagement qui vont faire évoluer considérablement méthodes, qualité, sécurité alimentaire et résultats de l’activité. Deux permis de construire ont été obtenus, assortis des autorisations d’exploiter en lien avec les ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement) : le premier pour la construction sur l’Anse Saint-Marc 1 d’un stockage à plat de 50 000 tonnes de capacité, sur 10 000 m², alimenté par bande transporteuse qui devrait entrer en exploitation au mois de septembre 2018, le second consistant à implanter cinq bâtiments modulaires de 3 000 m² chacun sur l’Anse Saint-Marc 2, pour une capacité totale de l’ordre de 35 000 tonnes de marchandises agroalimentaires et agricoles. Trois des cinq magasins ont été mis en service début avril, les deux suivants en juin. »

Sébastien Hamon - Directeur – Atena : « 436 000 tonnes d’engrais solides ont transité par nos installations sur l’année 2017, ce qui constitue un record pour Atena. En effet, ce volume est en hausse de 30% par rapport à l’année 2016 et de 9% par rapport à l’ancien record de 400 000 tonnes qui datait de 2014. Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, le retard des importations enregistrées sur la fin de l’année 2016 a été compensé par une activité très soutenue lors des six premiers mois de l’année 2017 : 283 000 tonnes ont été importées sur cette période. Par la suite, la baisse d’activité qui s’opère normalement pendant la période estivale n’a pas eu lieu. En effet, le prix de vente relativement faible des engrais à cette période, a incité les distributeurs et utilisateurs à se positionner relativement de bonne heure et contractualiser des volumes. Parallèlement, les producteurs d’engrais ont souhaité réaliser des stocks sans attendre une éventuelle reprise des cours. L’arrivée d’un nouveau producteur spécialisé dans les engrais phosphatés et potassiques a également permis, de renforcer la gamme des fertilisants et d’augmenter les volumes importés à Port Atlantique La Rochelle. On note également une évolution du marché des engrais par le positionnement des producteurs en lieu et place des importateurs ».

La Bourse Maritime Agricole La Rochelle-Pallice est pilotée par les acteurs portuaires rochelais constitués en association : Port Atlantique La Rochelle, Union Maritime La Rochelle, Groupe Sica Atlantique, Socomac Groupe Soufflet, Bolloré Ports, EVA.
Chaque année, elle assure la promotion de la filière agricole en réunissant à La Rochelle les acteurs majeurs du secteur : céréaliers, producteurs, négociants, stockeurs, fournisseurs d’intrants, courtiers, transporteurs routiers et ferroviaires, commissionnaires de transport, laboratoires d’analyses, contrôleurs, traders, opérateurs et agents maritimes…



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.