Accueil > Actualités > Relance industrielle, les dix premières entreprises lauréates en (...)

Actualités 17 novembre 2020

Relance industrielle, les dix premières entreprises lauréates en Nouvelle-Aquitaine



Enregistrer au format pdf

Dans le cadre du déploiement du plan « France Relance » présenté par le Gouvernement début septembre, Fabienne BUCCIO, préfète de la région Nouvelle-Aquitaine, et Alain ROUSSET, président du conseil régional, ont sélectionné les 10 premières entreprises régionales lauréates du fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires.

Lancé par le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, ce fonds, doté de 150 millions d’euros sur 2020 et de 400 millions d’euros d’ici à 2022, a pour objectif de permettre aux entreprises de rebondir après la crise. Il livre dès aujourd’hui ses premiers effets et permet d’accélérer la réalisation d’investissements industriels importants en région Nouvelle-Aquitaine, en particulier dans les Territoires d’industrie.
Ces 10 projets représentent près de 6,4 millions d’euros de subventions mobilisées par France Relance pour un total de 32 millions d’euros d’investissements productifs. Ils permettront aux entreprises concernées de diversifier leur activité, de moderniser leurs procédés de fabrication et ainsi de pérenniser leur présence en Nouvelle-Aquitaine.

Dans les prochaines semaines, d’autres projets en Nouvelle-Aquitaine seront sélectionnés pour bénéficier de ce fond d’accélération des investissements industriels dans les territoires.

Les 10 lauréats, porteurs de 32 millions d’euros d’investissements

Martin Emballages à Augé (Deux-Sèvres)
L’entreprise MARTIN spécialisée dans l’emballage en bois destiné principalement à de multiples applications agro-alimentaires, pour le beurre, le fromage, les fruits et légumes, ou bien aussi les fleurs. Cette entreprise, labellisée EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant), intègre toutes les étapes de la transformation du bois : achat de bois sur pieds, exploitation première transformation (sciage & déroulage) et assemblage.
Avec cet investissement, l’entreprise a décidé de se doter d’un outil performant, utilisant les dernières technologies. La mise en service d’une nouvelle ligne va notamment permettre de réinternaliser la production de caisses à fromages sous-traitées et intégrer de nouvelles commandes. Le process d’assemblage retenu permettra de gérer la diversité des références avec des temps de changement de série améliorés et d’augmenter les volumes de production et donc le développement commercial, particulièrement à l’international.
Le projet contribuera à créer jusqu’à 5 emplois et de consolider l’emploi du site qui compte 69 salariés.

Menuiserie Reveau à Combrand (Deux-Sèvres)
L’entreprise Menuiseries REVEAU, filiale du groupe RIDORET, est spécialisée dans la conception et la fabrication de menuiseries extérieures en bois.
Le projet vise à développer la capacité de production de produits finis à 85% du chiffre d’affaires (contre 50% aujourd’hui) pour répondre aux attentes des consommateurs. Les investissements doivent permettre au site de produire plus de fenêtres, tout en réduisant les impacts opérationnels en matière de santé et d’environnement.
Le projet doit permettre la création d’une dizaine de postes sur le site de Menuiserie REVEAU en plus du maintien des emplois actuels.

Aguila Technologies à Bidart (Pyrénées Atlantiques)
Spécialiste des systèmes embarqués contraints, AGUILA se positionne comme un acteur de référence dans les solutions dédiées à la sécurité des personnes.
Installée au Pays Basque, la société porte une innovation majeure, le marteau électronique d’urgence, primée par la Sécurité Routière en 2020, pour la sécurité du transport de passagers.
Suite à l’accident de Puisseguin en 2015 dans lequel 43 personnes perdirent la vie, AGUILA a conçu cette solution unique pour faciliter l’évacuation des bus et des autocars en cas d’accidents. France Relance soutient la création d’une nouvelle unité industrielle de fabrication de marteaux électroniques. Le marteau électronique d’urgence sera commercialisé sur le marché européen auprès des opérateurs de transports ainsi qu’auprès des constructeurs de bus et d’autocars.
Le développement de l’activité de production industrielle prévoit de passer de 15 salariés actuellement à 38 salariés d’ici 3 ans.

La société des eaux minérales d’Ogeu (Pyrénées Atlantiques)
La SOCIETE DES EAUX MINERALES D’OGEU, localisée à Ogeu-Les-Bains et 4e producteur français d’eau en bouteilles, est une industrie de production et d’embouteillage d’eaux minérales, de sodas et de trois gammes de bières (dont une en BIO).
Le projet s’articule autour de l’extension de ses capacités de stockage ainsi que d’un investissement visant l’amélioration énergétique et environnementale des procédés de fabrication, la production d’un emballage facilement recyclable et un nutriscore optimal de ses produits grâce à la pasteurisation. L’objectif du projet est de diversifier l’offre commerciale de cette ETI, de proposer une alternative plus écologique aux produits en PET et enfin de maintenir les 43 emplois actuels sur un bassin d’emplois fragilisé accompagné de la création d’une dizaine de postes sur 24 mois.

Babcock Wantson à Nérac (Lot et garonne)
Babcock Wanson est un fournisseur international de chaudières industrielles, d’équipements de chauffage de procédés, de services et de formation.
Le projet « Nérac Digital Fab » doit permettre d’accompagner l’entreprise dans sa volonté de croissance internationale et a pour ambition la modernisation, la rationalisation et la digitalisation des principaux procédés de production. Ce projet permettra de gagner en productivité, d’internaliser la fabrication de certains sous-ensembles et d’améliorer les conditions de travail des salariés.
L’investissement prévoit 10 créations d’emploi (soit 350 salariés en 2022).

Bois tourné aquitain à Casteljaloux (Lot et Garonne)
L’entreprise BOIS TOURNE AQUITAIN localisée à Casteljaloux est un fabricant de manches, tourillons, piquets et bâtons, en bois locaux et certifiés pour la brosserie, l’outillage, l’ameublement, le loisir et le jouet.
Le projet s’articule autour du regroupement de sites et l’optimisation du process de production. L’enjeu est de maintenir sur le territoire un savoir-faire unique, labellisé EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant), et d’améliorer l’efficacité opérationnelle et environnementale de l’entreprise. Pour cela, les investissements permettront de regrouper sur un même site deux implantations industrielles grâce à l’agrandissement des locaux. Cette réalisation permettra de diminuer l’impact environnemental de la fabrication, améliorer la compétitivité des produits au caractère écologique, et permettre de développer de nouvelles activités autour de produits écoconçus.
Le projet permettra de maintenir 9 emplois concernés par l’activité rapatriée et créer entre 1 et 4 postes supplémentaires sur les 3 prochaines années.

Gascogne à Mimizan (Landes)
L’entreprise Gascogne est un des leaders européens sur le marché du sac (papier/ plastique/ hybrides). Elle propose une large gamme de solutions en réponse aux attentes des marchés de l’agroalimentaire, du bâtiment, du petfood et de la chimie. L’expertise de Gascogne Sacs repose sur la maîtrise de deux métiers complémentaires : l’impression et la fabrication de sacs.
L’objectif du projet est d’investir dans une nouvelle ligne de fabrication de sacs papier de petite et moyenne contenance pour la sacherie de Mimizan, qui permettra d’offrir sur les marchés alimentaires (sucre, farine) et petfood de nouvelles solutions innovantes de sacs en papier, en substitution aux sacs plastiques, à partir de papiers issus de la valorisation du bois de la forêt d’Aquitaine.
Le projet contribuera à créer jusqu’à 6 emplois. Au-delà de ces emplois directs, c’est la compétitivité de l’activité qui sera renforcée et donc la consolidation de l’emploi du site de Mimizan qui compte 600 salariés.

Thebault à Solférino (Landes)
Le Groupe THEBAULT est un industriel (siège en Deux-Sèvres) fabriquant des panneaux contreplaqués, en intégration complète de l’exploitation forestière à la vente des panneaux, en passant par la valorisation des produits connexes.
Le projet à court terme de l’un de ses sites, THEBAULT PLY-LAND à Solférino, est d’investir dans des équipements permettant à l’entreprise de se détacher du secteur de l’emballage, marché mondialement concurrentiel, très fluctuant et qui est le moins rémunérateur, et ainsi augmenter ses parts de marché en France et en Europe, dans le monde de la construction en amenant plus de valeur ajoutée à ses produits. Ces investissements, vont certes créer des emplois, mais surtout pérenniser la compétitivité de la société.
Le projet contribuera à créer 6 emplois sur le site de Solférino et de consolider l’emploi du site qui compte actuellement 80 salariés.

Exoes à Gradignan (Gironde)
L’entreprise définit sa mission comme étant de démocratiser l’e-mobilité et d’accélérer la réduction des émissions carbone des transports. Exoes met à disposition de ses clients, constructeurs de véhicules et fabricants de fluides thermiques, son expertise unique en conception et développement de systèmes de refroidissement des batteries, de l’électronique de puissance ou encore des piles à combustible.
Exoes va créer une plateforme d’essais et de simulations thermiques unique en Europe à destination des constructeurs automobiles, ferroviaires et aéronautiques du monde entier avec à la clé une véritable réduction du temps de leur développement produit de l’ordre de 30 %.
Cette plateforme va permettre une grande variété d’essais et de simulations en gestion thermique des composants de véhicules électrifiés, pour améliorer leur performance :
- Les batteries
- L’électronique de puissance
- Les moteurs électriques
- Les piles à combustible
Ce projet permettra une multiplication par trois du chiffre d’affaires de l’entreprise en 3 ans et la création de 15 emplois à Gradignan.

Canalisations, Regards, Préfabrication (CRP) à Malemort (Corrèze)
La société CRP, localisée à Malemort, est spécialisée dans la fabrication industrielle de produits en béton destinés au secteur des travaux publics.
Le projet s’articule autour de la construction d’une ligne de production entièrement robotisée, d’une centrale à béton automatique, et d’une nouvelle ligne de palettisation et contrôle d’étanchéité. L’enjeu est de substituer rapidement les marchés des regards eaux usées en plastique, importés de l’étranger, par ceux des regards propres en béton, disposant des mêmes performances techniques, notamment l’étanchéité, et de distribuer cette nouvelle gamme de produits sur tout l’hexagone.
Cette réalisation introduit une démarche vertueuse en termes d’impact environnemental, car contrairement aux produits d’importation en plastique, ceux en béton seront fabriqués localement, avec des composants naturels et recyclés, issus exclusivement de circuits courts.
Ce process industriel, élaboré par la société CRP et ses fournisseurs français et européens, est unique au monde, breveté depuis septembre 2020. Il est destiné aux entreprises de travaux publics, dont l’activité dépend à 70 % de la commande publique
Ce projet permettra la création d’emplois d’environ 40 à 60 postes d’ici 2023.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.