Accueil > Actualités > Développement durable > Un nouveau projet de méthanisation en Thouarsais

Développement durable 28 février 2022

Un nouveau projet de méthanisation en Thouarsais

C’est un projet très collectif qui se dessine en Thouarsais dans le domaine des énergies renouvelables : une unité de méthanisation réunissant une vingtaine d’exploitations agricoles, soutenue par le Syndicat d’eau du Val du Thouet (SEVT) et la Communauté de communes du Thouarsais.

Le 1er février dernier, une première présentation du projet, qui devrait connaître ses premières fondations début 2023, a eu lieu en présence des différents acteurs, d’élus et agents territoriaux spécialisés. Le point de départ : la qualité de l’eau [1], associée à de nouveaux débouchés économiques pour les agriculteurs locaux, le tout s’inscrivant dans un objectif d’énergies renouvelables vertueux sur un territoire déjà très avancé.

La SAS Biomasse Thouarsaise, créée en juin 2021, porte le projet.

En Thouarsais, l’élevage a quasiment disparu, les terres sont céréalières. Ce projet va permettre aux agriculteurs d’opter pour une rotation des cultures : semer des CIVEs (Seigles, féveroles...) couvrantes au lieu de laisser les terres en jachère diminue les mauvaises herbes, demande donc moins d’intrants et génère moins de pollution des nappes phréatiques.
Ces cultures ont aussi l’avantage de capter le carbone.

L’unité de méthanisation qui est en projet accueillerait donc principalement des végétaux (1 seul éleveur pour le moment). Par exemple, la première coupe de luzerne, peu qualitative, la seconde étant réservée aux éleveurs ou encore l’herbe des bas côtés des routes. 1000 hectares de cultures seront concernés.

A noter que deux autres méthaniseurs existent déjà sur le territoire, orientés électricité et chaleur. Celui-ci génèrera du biogaz et sera d’ailleurs implanté à proximité du réseau (voir carte ci-dessous). Le digestat enrichira les sols agricoles.

En point rouge : le lieu pressenti pour implanter cette unité de méthanisation

Le capital (variable) de la SAS devrait s’ouvrir à d’autres participations, mais les agriculteurs resteront majoritaires.
Coût prévisionnel du projet : 6,5 à 7 millions d’euros.

CR.


[1Le SEVT a débloqué près de 4 millions d’euros pour un programme Re-Sources 2020-2025 destiné à améliorer la qualité de l’eau


  • Daniel
    3 mars, 21:52

    La balance GES pour des plantes que l’on renvoi dans l’atmosphère à grand coups de carburant, du CH4 que l’on crée alors qu’il n’existait pas et qui fuite, et des cultures qui appauvriront les sols, est forcément négative.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.